Histoire et savoir-faire, Rolex et la Lady-Datejust

J’ai toujours été passionnée de montres.

Je rêve secrètement du luxe intemporel d’une Chanel Première ou encore d’une mythique Rolex que je porterai pendant des années.

Et c’est justement de Rolex dont nous allons parler, une marque qui me fascine depuis toujours, et de son modèle iconique féminin, la Lady-Datejust.

On connaît bien sûr la marque associée à l’univers du tennis, de la voile, du sport automobile, du cinéma, ou encore des arts et de l’architecture.

Mais connaissez-vous l’histoire de la marque ?

La marque a vu le jour en 1905, par son fondateur Hans Wilsdorf qui se mit à rêver d’une montre portée au poignet, qui associerait à la fois élégance et précision.
Visionnaire, c’est à seulement 24 ans qu’il fonda une société située à Londres, spécialisée dans la distribution de montres.
Il les équipe de mouvements de petite taille qu’il fait fabriquer dans une manufacture suisse à Bienne, pour garantir précision aux acquéreurs de ses montres.

Il voulait un nom court, facile à retenir et à prononcer dans toutes les langues et qui viendrait orner tous ses cadrans et mouvements : c’est ainsi que la marque Rolex est née il y a plus d’un siècle.

Par sa recherche de la qualité de ses mouvements, le succès arrivera très vite pour la précision chronométrique de ses montres et sera primé par différents Observatoires officiels et Centres d’Evaluation.

Rolex déménage à Genève en 1919. En 1926, la toute première montre au monde étanche à l’eau et à la poussière apparaît : la Rolex modèle “Oyster” (et c’est un véritable coffre fort étanche pour une protection optimale du mouvement).

La première Datejust

L’année 1945 voit naître le modèle Datejust, la toute première montre‑bracelet chronomètre à remontage automatique à afficher la date dans un guichet sur le cadran. Véritable montre de prestige, la Datejust est équipée d’un bracelet Jubilee, un bracelet créé spécialement pour elle et d’une lunette cannelée, ce qui la rend parfaitement identifiable en tant que Rolex.

Elle devient le pilier de la collection Oyster. À l’origine uniquement disponible en version pour homme, elle se déclinera dans la décennie suivante en différents modèles féminins.

Aujourd’hui, ce modèle fait partie des montres femme iconiques de la marque Rolex.

Bien sûr vous la retrouverez avec son bracelet Jubilee, un bracelet métallique fluide et confortable à cinq mailles, lequel avait été créé pour le lancement de l’Oyster Perpetual Datejust en 1945. Sur la Lady‑Datejust, il est toujours équipé d’un élégant fermoir invisible Crownclasp.

Vous trouverez aussi la Lady‑Datejust avec le bracelet President. C’est un bracelet à trois mailles arrondies réalisé en or 18 ct ou en platine 950 avec toujours son fermoir invisible Crownclasp.

Vous la trouverez dans différentes déclinaisons et sa beauté demeure intemporelle (acier Oystersteel, or, diamants…)

Comptez un minimum de 6250 euros pour la version en acier (et les prix peuvent s’envoler pour les versions en or et diamants, je vous ai prévenus).

Mais vous pouvez aussi choisir plutôt un modèle d’occasion, et vous trouverez des modèles autour de 3000 euros sur le site Watchfinder & Co, LE site référence en matière de montres de luxe d’occasion, créé en 2002 et avec différentes boutiques en France. Ils proposent un énorme choix de montres (plus de 50 marques), une garantie de 12 mois sur tous les modèles et un centre d’expertise (chaque montre est révisée et reconditionnée avant qu’elle ne rejoigne votre poignet !), et bien sûr les retours sont acceptés sous 14 jours.

Et oui, Rolex fait donc partie de mes marques de rêve depuis de nombreuses années, j’économise depuis longtemps et j’espère pouvoir un jour l’occasion de la porter à mon poignet.

Et vous quelle serait la montre de vos rêves ?

Article rédigé en collaboration avec le site Watchfinder

  • This error message is only visible to WordPress admins

    Error: No posts found.

    Make sure this account has posts available on instagram.com.